Vous êtes ici : 

Test d’infiltrométrie - Blowerdoor test

Le test “blower-door” permet de mettre le bâtiment en surpression et en dépression.
Contrairement à une idée reçue, l’équipement de mise en pression / dépression peut s’installer soit dans l’ouverture d’une porte soit dans une fenêtre.

Nous disposons de plusieurs types d’équipements (Retrotec + Woehler) toujours adaptés aux dimensions du bâtiment à tester.

Le test « blower-door » peut se faire sur tout type de bâtiment, qu’il soit neuf ou ancien, rénové ou à assainir.
Le résultat du test permettra de disposer de la valeur d’étanchéité du bâtiment nécessaire pour calculer la valeur énergétique de celui-ci, et aussi pour contrôler les prestations des entreprises et certifier la qualité du travail effectué.

L’indice (le taux) de renouvellement d’air (n50) représente le nombre de renouvellement total du volume d’air (intérieur d’une habitation) de la pièce en une heure, pour une différence de pression de 50 Pa. Idéalement, on ne devrait pas dépasser un taux de renouvellement d’air de :

- 0,6 par heure pour une maison A passive
- 1,0 par heure pour une maison B basse énergie
- 1,5 par heure pour une maison C économe en énergie
- 2,0 par heure pour une maison rénovée recevant une VMC subsidiée
- 3,0 par heure pour un  bâtiment sans installation technique de ventilation.
 

Le volume de fuite V50 permet de définir la valeur n50 par la formule n50=V50/Vint

Où :
n50 = taux de renouvellement d’air du volume protégé (h-1)
V50 = débit de fuite d’air (m³/h)
Vint = volume d’air net ventilé du bâtiment (m³)

L’expérience conseille de réaliser, lors de la phase de construction, un premier test « blower-door » préalable accompagné d’une recherche de fuites. Cela permet de réaliser des améliorations alors que c'est encore possible, ce qui est rarement le cas lors du « blower-door » final certificatif.
Lors des tests « blower-door », nos opérateurs certifiés et expérimentés disposent de caméras infrarouges professionnelles et de machines produisant de la fumée, ceci afin de localiser les fuites ou intrusions d’air en images. Grâce à cette méthode, les artisans peuvent , sur base des images et du rapport, rectifier les désordres et donc améliorer l'étanchéité à l'air du bâtiment.